L'Atelier " Erables " du samedi 6 avril 2013

 

Par un froid samedi après-midi de ce printemps 2013, neuf membres du club se sont retrouvé chez Raymond pour participer à un atelier participatif et original, consistant en la transformation de deux érables provenant de la liquidation de la pépinière Galinou (47110 Sainte-Livrade sur Lot), en futurs bonsaï. Ils avaient été auparavant cultivés en plein champ, et venaient d'être prélevés durant l'hiver. La séance était inspirée par un stage destiné aux N2-N3 de la FFB, qui avait été effectué en mars 2012 à Lyon, sous la direction du Maître Japonais Haruhito IJIMA. Un compte-rendu de cet atelier avait été publié dans France Bonsaï N° 90 p. 10 et 11. Le président du Tenkeï, qui y avait assisté, voulait faire profiter ses membres des techniques parfois impressionnantes appliquées par les japonais, et qui ne peuvent être pratiquées que sur des espèces robustes, en l'occurrence des acer palmatum, et présentant un bon état sanitaire. Que les personnes sceptiques se rassurent, les méthodes employées, si elles peuvent paraitre impressionnantes, n'ont aucunement mis la vie des arbres en danger si elles sont pratiquées par des personnes expérimentées. Les photos prises au milieu de l'été les montrent au contraire que ces arbres sont en pleine forme.

Les arbres sont bien entendu loin d'être devenus de vrais bonsaï ; de nombreuses années seront encore nécessaires avant qu'ils puissent faire l'admiration des spectateurs lors d'une exposition. Pratiquer le bonsaï, c'est surtout savoir gérer le temps.

Merci à Jean Claude d'avoir assuré le reportage photographique de l'atelier, ce qui vous permet à tous d'en profiter, et à Paul d'avoir participé activement au travail.

Le travail sur le premier érable

C'est un acer palmatum présentant un nébari intéressant. Son principal défaut réside dans un manque de conicité du tronc dont le dernier tiers n'a aucun intérêt.

Première étape : le choix de la face.

Les participants étaient priés de donner leur préférence en plantant une baguette. On peut dire que les avis étaient partagés au départ. Il a fallu déterminer la zone de face définitive après une concertation.

 
Deuxième étape : La réduction de la hauteur de l'arbre.

Troisième étape : L'élimination des branches inutiles et la réduction de celles qui seront conservées. La branche d'où sortira la future cime est réduite.

Une branche qui sera conservée est taillée est raccourcie provisoirement au niveau d'un rameau qui servira de tire-sève.

   

Le moignon est soigneusement taillé avec une pince.

Le moignon résultant de la coupe de l'ancien tronc est arrondi avec la pince concave.

   

Le travail est soigneusement terminé avec un couteau très tranchant.

   

Pour accélérer la future cicatrisation, le traditionnel mastic est remplacé par du ruban à greffer transparent et élastique.

Le but de l'opération : éviter tout contact de la coupe avec l'air ou l'eau, du fait de la pression exercée par le ruban.

   

Les extrémités du ruban sont fortement nouées.

L'arbre à la fin du travail de taille.

   
Quatrième étape : la réduction du système racinaire
Avant d'être taillées, les racines sont observées afin de déterminer celles qui devront être éliminées.

On commence par couper les racines poussant au centre du pain racinaire.

   

Puis, on raccourcit les racines situées en périphérie.

On taille les moignons des racines coupées comme on avait fait au niveau des branches.

   

On continue à éliminer les racines qui n'ont aucun intérêt esthétique.

   

On continue à éliminer les grosses racines qui poussent vers le centre.

   

On porte la dernière main à la sélection des racines.

   

A présent, l'arbre présente un nébari satisfaisant, avec un maximum de racines dirigées vers la périphérie

Un pot provisoire est choisi, dont la taille est adaptée à la dimension des racines

   

L'arbre quatre mois plus tard, en pleine santé, si bien que la végétation a déjà été taillée à trois reprises.

 

Le travail sur le deuxième érable

Cet arbre est beaucoup plus ingrat. Il ne possède pas de racines pouvant laisser espérer un nébari intéressant, si bien qu'il faudra envisage de le marcotter à la base dès l'année suivante. Les branches son mal positionnées et trop grosses par rapport au tronc. Seul le premier tiers de ce dernier a une forme intéressante, bien que manquant de conicité.

La zone de face est déterminée en fonction de la forme du tronc.

L'arbre est raccourci au niveau de la future cime.

   

Les grosses branches sont raccourcies, voir éliminées.

   

Les mêmes traitements des moignons que pour le premier arbre.

   

L'arbre dans son état provisoire, avant le débourrement de la végétation.

   

L'arbre quatre mois plus tard, après des corrections apportées aux branches longues qui avaient bien développé des nouvelles pousses.

Retour au sommaire des fiches techniques

 Plan du site
Haut de page 
Site internet : www.bonsai-tenkei-club.org - Contact e-mail : raymond.claerr@orange.fr
© Copyright 2004-2016